J’ai entamé ces championnats dans des conditions un peu particulières. En effet, après ma blessure au ligament du genou gauche en mars et ma contusion au genou droit début juin, la préparation n’a de loin pas été optimale. De plus, les championnats suisses engendrent toujours un stress supplémentaire. Il me suffisait d’un seul match des qualifications pour pouvoir jouer dans le tableau principal.

Pour mon 1er match des qualifications, j’ai joué contre une fille de mon année, classée R2. J’ai entamé ce match avec un 1er set très solide, je le remportais 6/1 puis après …. black outtout se dérègle, mon coup droit ne passe plus, double-fautes … et j’en passe. Match catastrophique, j’ai perdu 6/1-2/6-4/6. Etant donné mon classement, j’ai eu la chance d’être lucky loser. J’ai donc pu jouer le lendemain le 1er tour du tableau principal. J’ai joué contre une N4/70. Bonnes premières minutes puis, comme le jour d’avant, beaucoup beaucoup trop d’erreurs. J’ai perdu ce match 5/7-4/6.

Championnats suisses à oublier. Ce n’est vraiment pas facile tous les jours. Depuis ma blessure le 8 mars lors d’un match en France je n’avais plus refait de tournois et la préparation n’avait pas été au top non plus.

Suite aux championnats suisses, j’étais repartie en France pour faire un bon bloc d’entraînements puisque l’école était terminée. J’ai eu 2 sessions de tennis par jour de prévues et une session de fitness, mais vous en saurez plus dans mon tout prochain article…